La Tour

La « Tour du mariage » se dresse sur les hauteurs de la « Colline de Mathilde » qui surplombe la ville de Darmstadt. Le nom de la « Tour du mariage » remonte au mariage du grand-duc Ernst Ludwig et de la princesse Eleonore à Solms-Hohensolms-Lich, célébré le 2 Fevrier 1905. Le Grand-Duc avait toujours exprimé le souhait de faire bâtir, en souvenir de ses noces, un belvédère sur la « Colline de Mathilde », qui était jusqu’à présent aménagée en parc seigneurial ouvert au public. Dès l’annonce de ses fiançailles le Grand-Duc consulta l’architecte viennois Maria Olbrich qui dessinera plus tard les contours d’une tour surplombant la ville. La construction du bâtiment fut décidée en Mars 1906; le projet sera réalisé dans les années 1907-1908. Cette tour de 48,5m de haut, »la Tour du Mariage» deviendra au cours des ans l’emblème de la ville de Darmstadt.

La façade

La Tour du Mariage, construite en briques, est constituée d’un socle symétrique à plusieurs gradins, sur lequel repose et s’élance le haut du corps de la tour, ouvert sur la façade par des rangées de fenêtres excentrées et faisant angle; le corps du bâtiment est surmonté lui-même d’une couronne originale à cinq créneaux, dont la forme est à l’origine du  nom donné à la tour: la « Tour aux cinq doigts ». Le devant de la tour se dresse côté Ouest face à la plataneraie. Le relief au-dessus du portail d’entrée est l’oeuvre du sculpteur Heinrich Jobst. Il représente les quatre vertus personnifiées des souverains: la force, la sagesse, la justice et la clémence. Il porte l’inscription « construit par la ville de Darmstadt anno 1907/1908 en souvenir des noces du Grand-Duc Ernst Ludwig et de la Grande Duchesse Eléonore ». Un cadran solaire orne la façade Sud de la Tour tandis qu’une horloge mécanique trouve sa place sur la façade Nord. Le cadran solaire date de 1914, année de la dernière exposition de la Colonie des Artistes. Il est l’œuvre de l’artiste peintre et calligraphe Wilhelm Kleukens. Les chiffres des jours sont représentés sur fond blanc du cadran carré, au centre duquel se dessine un soleil jaune lumineux, entouré d’une frise de mosaïques en verre bleu parsemée d’étoiles dorées entre lesquelles sont représentés-également en or – les douze signes du zodiaque. Un peu plus tard la même année une horloge mécanique fut installée sur la façade Nord, montée sur une fine couche d’or fin, décorée de symboles représentant les 3 vertus divines: la foi, l’amour et l’espoir.

Les salles d‘intérieur

La tour est divisée en sept étages de hauteur différente et d’utilisation diverse. Ce n’est qu’après l’exposition de 1908 que les salles d’intérieur furent progressivement aménagées. Le 25 Mai 1909 le salon de la Grande-Duchesse au 5ème étage et le salon du Grand-Duc au 4ème étage furent définitivement terminés.

Le hall d’entrée

Deux grandes mosaïques murales ornent le hall d’entrée au rez de chaussée. La première, face au portail, représente un jeune couple d’amoureux qui, reposant sur un bandeau de nuages, s’embrassent, enlacés sur fond de ciel étoilé; mosaïque connue sous le nom de « der Kuss » – « Le Baiser », œuvre de l’artiste Friedrich Wilhelm Kleukens (1978-1956). Du même artiste, la seconde mosaïque sur le mur opposé, représente une allégorie du règne du Grand-Duc: un ange aux formes féminines, tient dans ses bras deux cornes d’abondance d’où s’envolent les colombes de la paix. L’inscription « Ernst Ludwig Eléonore » est flanquée à droite et à gauche des blasons respectifs de la maison du Grand-Duc Ernst-Ludwig et de la Grande-Duchesse Eléonore.

Le Salon du mariage

Le salon de la Grande-Duchesse, dénommé « le salon du mariage », a été aménagé au 5ème étage. De nombreux dons ont permis de financer la décoration intérieure. Les parois de la pièce sont recouvertes d‘un lambris en bois d’orme, au-dessus duquel se déroule une frise murale de style néo-Renaissance, représentant les festivités d’un mariage princier, peinte par l’artiste Otto Schäfer. Le plafond plat en stuc sur la pièce de 4,40m de hauteur est décoré sobrement d’une légère couche d’or fin. Le revêtement du sol en marbre et terre cuite, à dessin géométrique complète l’ensemble harmonieux de la décoration intérieure.

Le Salon du Grand-Duc

Le salon du Grand-Duc se trouve au 4ème étage. Le plafond d’une hauteur de 6,70m est constitué d’une voute en berceau décorée de peintures représentant une suite de lézards se faufilant entre des coquilles d’escargots. En vignette sur la clef de voute on peut lire, inscrites sur sa couronne, les initiales du Grand-Duc, « EL ». Les deux peintures murales représentant des scènes allégoriques sur fond bleu sont l’œuvre de l’artiste Fritz Hegenbart. Les parois de la pièce ont été recouverts jusqu’à la hauteur des fenêtres d’un lambris marqueté. Un parquet en chêne à motif de bâtons rompus recouvre le sol de la pièce. Les travaux de décoration intérieure ont pu être réalisés grâce au don généreux d’un avocat de Cologne.

La plate-forme d’observation

La plate-forme d’observation au 7ème étage permet de jouir d’un panorama à 360° sur toute la ville et ses environs.